Archives de Catégorie: Romans « Psychologiques »

Dylan Dubois / Martine Pouchain

Par défaut

dylan-dubois

 

Après avoir passé un an en foyer, Dylan rentre chez lui et découvre que son père s’est trouvé une nouvelle compagne, Cynthia. A priori, il n’a rien contre elle, mais elle va bientôt se présenter comme une belle mère tyrannique, qui met le chien de Dylan à la porte et qui prend celui-ci pour le baby-sitter attitré de son propre fils, Pedro. Dylan n’a plus qu’une solution, fuguer.

Très bon livre qui se lit très vite et qui a tantôt des moments drôles, tantôt des moments émouvants.

Note : 8/10

Sébastien

Publicités

Les enfants rats / Françoise Jay

Par défaut

les-enfants-rats

 

Irielle et Jade font partie d’un monde politiquement bouleversé dans lequel les enfants sont jetés dans les égouts dès leur naissance. Leur vie ne se résume qu’à une seule chose : la survie ! Eviter les hordes, la police, se nourrir et rester silencieux. Voici à quoi se résume leur quotidien.

Mais deux rencontres vont bouleverser leur vie. Une grande réussite.

Note : 8/10

Sébastien

Brainless / Jerôme Noirez

Par défaut

brainless

 

Jason surnommé Brainless, décède lors d’un concours mais il revient à la vie quelques heures plus tard seulement. Les médecins ne veulent pas parler de mort-vivant ou de zombie, mais plutôt de reviviscence. Quoi qu’il en soit, Jason se considère comme un zombie et fier de l’être ! Faire sa rentrée en tant que mort-vivant n’est pas des plus facile, déjà que quand il était vivant, il n’était pas très malin, d’où son surnom, mais depuis qu’il est mort tout va de mal en pis ! Il se met à oublier les choses les plus simples, il s’arrête en plein mouvement.. De péripéties en péripéties, il va rencontrer Cathy, et là, beaucoup de choses vont changer pour lui…

A lire et à relire !

Note : 8/10

Sébastien

Shadowland / Kate Brian

Par défaut

shadowland

 

« J’AI OUVERT LES YEUX, et le décor familier de ma chambre s’est précisé peu à peu. C’est alors que j’ai eu un sursaut. J’aurais juré que je n’avais pas fait mon lit ce matin. Pourtant, il était impeccablement fait, les oreillers bien gonflés et les draps pliés au carré, comme à l’hôpital. Et sur le dessus-de-lit en patchwork, une rose rouge. Sur le coup j’ai cru que c’était Christopher qui l’avait déposée en douce. Une petite carte blanche était glissée sous la tige hérissée d’épines. A sa vue, une boule d’angoisse m’a obstrué la gorge. D’une écriture que je ne connaissais que trop bien, les quatre mots suivants, soulignés trois fois, s’étalaient en lettres majuscules :
ON SE RETROUVERA BIENTOT. »

Dès que j’ai commencé le livre, l’action régnait et ça me plaisait. Mais plus j’avançais dans ma lecture et plus j’en avais marre car l’action avait disparu. Je ne lisais que les conversations tellement ça me soulait. Je trouve que l’intrigue est bonne mais, l’auteur n’a pas su me transporter tout le long du livre.

Déjà, les « acteurs » du livre sont chiants.

Rory, le personnage principal, est, désolée de le dire, bête. Je ne la comprends pas. Avant quand personne ne la pourchassait, quand sa vie était centrée sur les sciences, elle ne voulait pas sortir de sa chambre et maintenant qu’il y a un tueur qui rode dans la nature, elle trouve que c’est à ce moment-là qu’elle doit commencer à sortir et faire la fête. Sa sœur la mène par le bout du nez et ça ne la dérange pas. Ne pense-t-elle pas à se rebeller, juste un peu ? Ça ne l’énerve pas le comportement de sa sœur ?

Darcy, sa sœur, se prend pour la reine, elle croit que le monde entier doit être à ses pieds.

Tristan est trop bizarre avec sa bande et en plus, ils ne sont pas du tout discrets quand ils fixent cette pauvre Rory. Ils me font trop penser à des petites filles (de l’école primaire) raides dingue du beau gosse de l’établissement.

Malgré que ce soit un serial killer, Steven Nell est la seule personne que je n’ai pas détesté dans ce livre. Je ne vous spoile rien, dès le premier chapitre, vous savez que c’est lui le fou, le grand tueur. J’aurais aimé qu’on ne nous dise pas, dès le début, que c’est lui le méchant de l’histoire. J’aurais aimé que Rory enquête pour trouver son identité. Nonobstant cela, je le remercie d’avoir été là car dans ce roman, il a été mon rayon de soleil, il pimentait ce bouquin et j’aimais bien ses réflexions de taré. Il me faisait rire, surtout ses pensées sur les cheveux de Rory. Il devrait penser à se reconvertir en coiffeur.

La fin, je n’ai rien capté. J’ai lu la dernière phrase et je me suis dite « Mais qu’est-ce qui se passe ? ». J’étais perdue. J’ai alors relu le chapitre et cette fois-là, le livre m’a complétement égaré. Je n’ai pas saisi si ce qu’il (la dernière personne qui parle) dit était une image ou si c’était réellement réel.

A la fin du livre, l’auteur a mis un chapitre du deuxième tome. Celui-ci, je l’ai lu entièrement pour être sûre de comprendre. Honnêtement, c’est mort. Je ne sais pas si c’est mon cerveau qui s’est perdu sur le chemin ou que c’est le livre qui est incompréhensible.

Pour l’instant, je ne vais pas lire le tome 2 mais peut-être, dans les mois prochains, j’en aurais envie.

Note : 4/10

Alessandra

Nous les menteurs / E. LOCKHART

Par défaut

nous les menteurs

 

Résumé:

Les Sinclair: grands, blonds, sveltes, riches, parfaits, surtout pas des ratés, encore moins des criminels. Une île privée sur laquelle la famille se rassemble chaque été. Une fille brillante, blessée; un garçon passionné, engagé. Un groupe de quatre adolescents – Les Menteurs – dont l’amitié sera destructrice.
Une révolution. Un accident. Un secret. Mensonges sur mensonges. Le grand amour. La vérité.

Le livre nous emmène dans une chasse effrénée aux souvenirs et à la vérité. Le début du roman place le cadre de l’histoire, celui de cette famille parfaite, ou du moins qui se force à l’être et à le paraître, et celui de cette « héroïne », Cadence, une des filles de la famille, qui souffre de migraines atroces et de pertes de mémoire depuis son accident. Nous la suivons dans le dédale de sa mémoire et dans sa quête de vérité, tout cela dans le cadre de cet île, le roman devenant un huis clos. Elle désire comprendre, savoir, et malgré le brouillard qui règne sur l’affaire au commencement de l’histoire, le lecteur prend vite goût à l’intrigue et ne peut s’empêcher de chercher lui aussi ce qu’il s’est passé, jusqu’à ce que l’ultime vérité lui soit enfin révélée. Le livre vaut la peine d’être lu pour cette enquête que le lecteur mène avec Cadence et pour la chute finale, qui est, à vrai dire, plus que surprenante.

Note: 8,5/10

Léa

Ce livre fait partie de la sélection du prix Farniente 2017

La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux / Pauline Penot

Par défaut

la-tete-ne-sert-pas-qua-retenir-les-cheveux

On apprend qu’Awa, une jeune fille sénégalaise de 16 ans, a été excisée et qu’elle n’était pas au courant. Elle se renseigne sur cette pratique et ne se doute pas que la cadette de la famille sera la prochaine à se faire exciser. Elle va donc se battre afin d’éviter ce sort à sa sœur.

 

Ce livre parle d’un sujet qui nous touche toutes (et tous) : l’excision. Il est captivant et la fin est juste PARFAITE.

Note : 10/10

Ihsane

L’échappée / Allan Stratton

Par défaut

lechapee

Leslie est une adolescente qui a la vie dure. Elle est toujours en conflit avec ses parents et ses professeurs, et n’a plus d’amis. L’arrivée de Jason, un garçon beau et charmeur, va changer sa vie. Ils vont boire un verre ensemble, et le lendemain, elle se retrouve nue chez lui… Petit à petit, Jason montre sa vraie nature, qui n’est ni belle ni charmeuse…

C’est la première fois que je me retrouve face à un livre de ce genre. C’est une histoire qui peut se passer. Je me suis mise à la place du personnage et je me demandais ce que j’aurais fait à sa place…

Attention car ce livre traite de sujets vraiment durs tels que le viol et la violence.

Note : 8/10

Rhofran